26 juin 2010 6 26 /06 /juin /2010 22:25

Ce mois-ci, un article très intéressant dans ARTS MAGAZINE

Aussi, quel plaisir de lire l'article de louvre-passion, dans mes favoris.

 

venus-de-milo

Découverte sur l'île grecque de Mélos en 1820, elle fut acquise pour le compte de Louis XVIII qui en fit cadeau au Louvre.

 

La Vénus arrachée aux Turcs devient le symbole de la Grèce libérée.

 

Elle a inspiré :

 

AphMiloDali (1)

Dali Salvador Venus with cases l

Dali,

 

YvesKlein-BlueVenus

Klein,

 

arman venuscrantee

Arman.

 

660px-Venus de Milo Louvre Ma399 n6

 

P1080777

Le visage : classique et mystérieux

 

540px-Venus de Milo Louvre Ma399 n8

Le ventre : la chair se met à nu

 

241px-Venus de Milo Louvre Ma399

Le drapé : une étoffe qui vit

 

ME0000037013 3

Les hanches : l'art de l'artifice

 

Les soins récents apportés à la statue ont conduit à des révélations : un petit papier caché sous le sein et griffonné a indiqué qu'elle avait fait l'objet d'une précédente restauration, non documentée, en 1936. Mais la déesse garde ses principaux mystères. On ne connaît pour l'heure précisément ni son auteur ni sa date de naissance, ni la figure mythologique qu'elle représente ! La Vénus n'est peut-être même pas une Vénus............

                                          Léon PAJON, arts magazine juillet août 2010

 

Je l'ai tellement admirée lorsque j'était ado ! je l'admire toujours et je fus même furieuse des "vénus" de Dali, Klein et Arman, mais ces artistes ont honoré cette sculpture ; avec l'âge on réfléchit un peu plus (enfin, je parle pour moi) ; j'ai bien dit : UN PEU.............. hi hi hi


Partager cet article

Published by AD-Mary44 - dans musées
commenter cet article

commentaires

francine 02/07/2010



bonjour, c'est un petit être malfaisant qui t'a poussée?! l'année prochaine je me mettrai à sa recherche!! il doit fair e meilleur au pouliguen qu' à paris, c'est étouffant! je te souhaite une
bonne journée bisous



Claudie Péan 03/07/2010




Bonjour,



 Merci pour cet
article, belle occasion de partager l'amour de l'art en forgeant des amitiés



 Il me semble
me souvenir qu'on la passa aux rayons ? (je ne sais plus lesquels, mais pas X) avant de la déplacer, pour être certain qu'elle ne risquait rien !



C'est probablement la seule chose qui aurait pu me convaincre de vivre dans une grande ville, les musées !


       La Vénus! en est-elle vraiment une? on sait si peu de chose d'elle! j'ai une reproduction de sa tête dans mon salon


       Cette oeuvre est si particulière... si ambiguë... et si "classique" à la fois


        Regardez cette tête magnifique, au visage ovale, serein, mystérieux, retirez lui son chignon, voilà apparaître le visage lisse au menton un peu "mou" et encore
imberbe d'un jouvenceau, posé sur un cou déjà fort qui laisse présager la stature qui sera la sienne à la maturité! et chacun d'eux a ce sourire esquissé que seules les êtres beaux savent
avoir...


        Reculez vous un peu... voilà qu'apparaissent ses épaules rondes et charnues, des épaules de femme dans sa plénitude, qui, cependant, soutiennent des seins
d'adolescente, ronds et si parfaitement dressés qu'ils semblent n'avoir aucun poids...


        Démentis aussitôt que se baissent les yeux sur ce ventre nu de femme épanouie, la taille un peu large, et ce coussin soyeux sous le nombril qui
n'appartient qu'a celles qui ont enfanté.... les hanches développent harmonieusement, en douceur toute leur maturité


         Et alors que devraient déjà s'esquisser les lignes du mont de "vénus" voilà ce "linge" qui couvre pudiquement ce sexe que nous ne verrons jamais (mais en
a-t-elle un ), ces jambes qu'il entrave littéralement, laissant deviner leur puissance, le genou, le mollet sont forts et moulés artistiquement, le pied, grand, bien planté au sol ne semble pas
vraiment lui appartenir, il est à la fois le support inerte et celui qui donne son équilibre au mouvement du corps...


         Il fait chaud, les thermes sont un oasis de fraicheur...


          Venus, sort du bain...


          Elle a tordu ses cheveux sur sa nuque altière d'où s'écoule doucement l'eau dans la rigole du dos


          Elle a drapé autour de son bassin, l'ample bande de gaze de coton, léger, aérien, que les esclaves savent si bien tisser


          Déjà, il s'est chargé de l'eau qui ruisselle de ses épaules, regardez comme ses plis sont lourds, "collants" à la peau, les pans rabattus sur la jambe
gouttent même un peu... les voyez vous? Regardez.. son corps pivote, elle tente de dégager sa jambe pour monter les marches du bain...


          Plus rien de léger dans la matière gorgée d'eau, mais quelle "transparence" n'est-ce pas?


          Et maintenant que vous êtes un peu plus loin, juste assez pour oublier qu'elle est de marbre...


          "Voyez" comme la chair est douce et ferme à la fois...


           Une rondeur, un velouté que l'on voudrait "palper" et voir se creuser légèrement sous la pression des doigts...


           Quelle intensité dans l'oeuvre!


 


 



pila63 24/05/2013

xlt ls mecs!!

T0Ñ FÄÑTÂSME BÀBYı 24/05/2013

Wessh, Gloire *LOL*

T0Ñ FÄÑTÂSME BÀBYı 24/05/2013

Tùü m'aävuùüe j'süûùıs B`LL ♥

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog